Nous sommes à votre écoute au 04 72 71 07 08 et sur contact@adcom.fr

Clear
Retour aux articles

26 mai 2020 By adcom-2019

Drive to store : Le digital pour attirer vos prospects et dynamiser l’activité de vos magasins !

Après plus de 50 jours de confinement ayant considérablement ralenti la vie économique du pays, l’activité reprend peu à peu depuis le 11 mai dernier. Les gestes barrières à respecter et les mesures sanitaires à mettre en place vous permettent de proposer une expérience d’achat dans vos points de vente sans danger pour vos clients. Mais le véritable enjeu, et pas des moindres, reste l’attractivité. Comment attirer vos clients en magasin et reprendre une activité pérenne ?

Grâce à Facebook, il est possible de capitaliser sur le riche écosystème de la plateforme et sur les données de 35 millions d’utilisateurs français afin de drainer un maximum de trafic en magasin et de pouvoir désormais mesurer efficacement l’impact des campagnes publicitaires.

Comment capitaliser sur une histoire commune qui dure depuis plus de 25 ans et utiliser au mieux le web pour dynamiser vos boutiques physiques ?

Le e-commerce reste un marché plus que porteur…

La vente en ligne présente de nombreux atouts, il est un gain de temps considérable pour les consommateurs. Le paiement est de plus en plus facilité et sécurisé, tout comme les politiques de retour. Le secteur est en croissance permanente et franchit la barre symbolique des 100 milliards d’euros en 2019.

… mais reste loin derrière le commerce physique.

Face à l’explosion du web, le commerce physique n’est pas en reste ! Aujourd’hui, il représente près de 90% du chiffre d’affaire du secteur du retail, dont la moitié est issu de sites d’enseignes magasins. Le besoin de toucher et tester le produit, de pouvoir en disposer immédiatement et d’éviter les frais d’envoi est encore très présent chez les internautes, tout comme bénéficier de conseils de la force de vente.

Ce sont ces éléments qui ont vu naître les concepts de Showrooming et Webrooming :

  • Le premier consistant à trouver et essayer des produits en magasins physiques pour l’acheter par la suite sur le web, notamment en bénéficiant de remises.
  • Le second, à l’inverse, est de surfer sur internet pour trouver toutes les informations produits, notamment les avis, puis de procéder à l’achat en magasin.

Le lien entre le web et le point de vente physique

E-commerce et commerce physique sont donc indissociables, et sont aujourd’hui plus que jamais complémentaires et moteurs l’un envers l’autre. Ils doivent tous deux fournir aux clients les mêmes informations, afin de les renseigner suite à une première expérience en ligne ou en boutique.

La boutique physique offre donc une expérience client bien plus complète, mais génère aussi de nombreux frais annexes : loyers, salaires et charges fixes, entres autres… Autant de dépenses qui ne sont pas à prendre en compte pour le e-commerce.

Le véritable challenge réside dans la création d’un équilibre entre le commerce en ligne et le commerce physique. Le e-commerce, avec sa capacité infinie de recrutement d’une nouvelle clientèle, associée à des coûts réduits, viendrait soutenir les points de vente en générant du trafic en magasin.

La puissance de Facebook pour les commerces de proximité

Réseau social n°1 en France et dans le monde, Facebook dispose d’outils puissants afin d’adresser votre clientèle, l’attirer et susciter l’acte d’achat en point de vente, notamment grâce à un format dédié : le format drive-to-store.

Son premier atout est sa capacité de ciblage à la fois extrêmement riche, mais aussi très précise. Il est possible de croiser très finement des données comme : les centres d’intérêts, les habitudes de consommations, les données démographiques, mais aussi géographiques. Il est par exemple possible de cibler toute personne se situant dans un rayon de 1km autour d’un point défini. Mais pas que, vous pouvez également croiser les données de votre Data 1st party, soit l’audience de votre/vos site(s) internet, client et prospects. Il est donc possible pour n’importe quel type d’activité de communiquer auprès de la bonne personne, à tout moment de la journée.

Ce format, 100% dédié à la génération de trafic permet également une mesure fine de son efficacité. Après avoir renseigné la liste de vos points de ventes, Facebook opérera une diffusion multi-locale afin d’adresser exclusivement la zone de chalandise de chaque point de vente.

Le call to action classique sera remplacé par une incitation à se rendre en boutique. Seront également présents au sein de la bannière : l’itinéraire, l’adresse et le numéro de téléphone, les horaires d’ouvertures, un lien vers site web, le temps de déplacement estimé, le tout pour le point de vente le plus proche de l’internaute.

Une mesure au plus proche du réel grâce au Store Visits

Il a toujours été très compliqué de mesurer rapidement et efficacement l’impact de la publicité (digitale ou traditionnelle) sur le trafic en point de vente. Pour mettre fin à ce flou, Facebook a lancé le Store Visits qui permet aux annonceurs d’estimer le véritable impact des campagnes.

Les données sont obtenues via les systèmes de géolocalisation des smartphones : des images satellites et des données cartographiques de tiers qui présentent les limites physiques de vos boutiques et filtrent les personnes qui semblent être des employés ou passant devant les points de vente sans s’y arrêter.

Facebook va ainsi modéliser des résultats en fonction des personnes ayant visité votre magasin naturellement et celles ayant vu une publicité. Nous précisons bien qu’il s’agit d’un calcul d’attribution des visites, et non du nombre exact de visites.

Pour aller encore plus loin, Offline Conversion permet de faire le lien entre votre publicité et le chiffres d’affaire qu’elle génère en boutique. En connectant le CRM de chaque boutique avec les données Facebook, l’algorithme sera en mesure de calculer une estimation de l’attribution des ventes, avec exposition publicitaire ou sans.

L’expérience client a bien évolué depuis le premier achat en ligne, en août 1994, et les deux canaux sont maintenant indissociables et complémentaires.

Le e-commerce, malgré une croissance à 2 chiffres, n’atteint pas la puissance du commerce physique. Néanmoins, le commerce physique est fragilisé par la crise sanitaire et le fort ralentissement économique qu’elle a entrainé. Afin de soutenir l’activité en magasin, il est aujourd’hui impératif de s’aider du web et de tous ses atouts.

Vos boutiques physiques ont-elles réouvert ou s’apprêtent-elles à rouvrir après de nombreux jours d’inactivité ? Avez-vous actionné les bons leviers pour vous permettre une reprise sereine et vous assurer du trafic en magasin ?

Scroll