Contactez nous au 04 72 71 07 08 et sur contact@adcom.fr

Clear
Retour aux actualités

6 mai 2021 Par adcom-2019

Tout comprendre sur les algorithmes de vos réseaux sociaux préférés

Vous vous demandez souvent comment apparaissent vos publicités et comment sont vus vos posts sur les réseaux sociaux ? L’algorithme a une grande part de responsabilité dans cela. En effet, c’est lui qui contrôle l’ordre de présentation des posts et publicités dans le fil d’actualité, et montre donc aux utilisateurs ce qui est le plus susceptible de les intéresser.

Mais alors, comment fonctionnent les algorithmes des principaux réseaux sociaux en 2020 ?

1. Facebook

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Pour classer le contenu dans le fil d’actualité de l’utilisateur, l’algorithme Facebook se base sur 4 facteurs :

L’inventaire :

Dès votre connexion au réseau, Facebook fait l’inventaire de toutes les publications postées par vos amis et les pages suivies.

Les signaux :

Ensuite, l’algorithme se charge de prédire quels contenus sont susceptibles de vous intéresser. Comment ? En analysant toutes les informations à sa disposition : qui publie ? sur quel appareil ? quelle heure est-il ? quel est le type de contenu publié ? etc.

Notez bien qu’il s’agit du seul facteur que vous pouvez influencer et sur lequel vous avez un contrôle. Vous devez donc veiller à ce que votre contenu soit toujours significatif et pertinent pour votre cible.

Les prédictions :

Le réseau social utilise les indications précédentes pour faire des prédictions sur le comportement d’un utilisateur, et la probabilité qu’il puisse avoir une interaction positive avec un élément de contenu. Il se demande alors, quel contenu souhaiteriez-vous lire ou interagir avec ? Quel contenu trouveriez-vous informatif ou utile ?

Les prédictions prennent donc en compte les commentaires, les likes et les partages, soit l’engagement authentique d’un post.

La note :

La dernière étape est la note : l’algorithme choisit et classe alors les publications dans votre fil d’actualité. Une note de pertinence est attribuée au contenu en fonction de la probabilité que l’utilisateur y réponde positivement. Elle est calculée en fonction des 3 facteurs précédents.

2. Instagram

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Pour décider du classement de chaque publication dans le flux des utilisateurs d’Instagram, l’algorithme filtre et classe les posts selon divers facteurs :

Intérêt :

Instagram prédit le niveau d’intérêt de chaque utilisateur selon son comportement passé. L’algorithme est donc plus susceptible de montrer le même type de publications qu’a consulté un utilisateur par le passé.

Par exemple : si un utilisateur regarde beaucoup de vidéos, il sera plus susceptible de voir des posts vidéos que des posts photos.

En d’autres termes, les personnes qui interagissent avec des publications similaires aux vôtres ont plus de chances de voir vos messages.

Récence :

Les contenus récents sont plus valorisés que les publications datant de plusieurs semaines et sont donc plus susceptibles d’être placés en tête des flux des internautes. Il est donc essentiel de publier vos messages lorsque votre public est en ligne ! Pour cela, vous pouvez vous rendre dans vos statistiques* Instagram et consulter les données sur votre audience.

*A noter : les statistiques Instagram ne sont disponibles que pendant 1 semaine. Par exemple, le 1er décembre, vous aurez accès aux statistiques sur la période du 24 au 30 novembre. Il ne vous sera pas possible de remonter plus loin dans les statistiques.

Relations :

L’algorithme analyse les publications des comptes avec lesquels un utilisateur interagit déjà : les personnes qui ont déjà interagi avec la marque auront plus de chance de voir apparaître ses nouveaux contenus en haut de leur fil d’actualités.

Cela signifie qu’il est essentiel de vous concentrer sur l’engagement communautaire : commentaires, tags, likes, partages, vues, échanges de DM, etc. sont autant d’actions qui indiquent une relation étroite entre les comptes.

Temps et fréquence :

Instagram essaye de montrer à ses visiteurs les meilleures publications depuis leur dernière visite sur l’application. Ainsi, les utilisateurs qui ne consultent pas Instagram fréquemment* ne verront votre publication que si l’engagement y est déjà très élevé.

De même, les utilisateurs qui passent 45 minutes à faire défiler leur flux verront plus de publications, y compris celles qui sont moins performantes, que quelqu’un qui ne passe que 5 minutes à regarder les meilleurs résultats.

*Notez que 42% des utilisateurs d’Instagram consultent la plateforme plusieurs fois par jour

Nombre d’abonnements :

L’algorithme essaye d’exposer les contenus de différentes pages pour diversifier le fil d’actualités de ses membres. Publier de nombreux posts le même jour depuis un même compte revient donc à prendre le risque de diluer la puissance SMO (Social Media Optimization) totale de l’ensemble de ces contenus. 

En revanche, il est possible qu’une personne qui suit des milliers de comptes ne puisse pas voir toutes les publications, et passer à côté de la vôtre. Mais, si elle n’en suit que quelques centaines, elle a plus de chance d’être au courant de la moindre actualité de tous ceux qu’elle suit.*

L’engagement :

L’engagement obtenu sur une publication fait comprendre à l’algorithme Instagram la pertinence que ce contenu représente.

3. Twitter

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Avant de plonger dans l’algorithme de Twitter, voici quelques particularités propres à ce réseau :

  • La durée de vie d’un tweet est de 20 minutes
  • 50% de l’engagement se fait dans les 17 voire 24 premières minutes après avoir publié le tweet
  • 5787 tweets sont publiés par secondes

Mais alors, comment vous démarquer dans cette masse de tweets ? Comment fonctionne exactement l’algorithme de Twitter ?

Tous les algorithmes sociaux utilisent l’apprentissage automatique pour trier le contenu en fonction de différents signaux de classement. Les signaux de classement de Twitter comprennent la récence, la pertinence, et l’engagement, entres autres. Cela donne lieu à une série complexe de calculs basés sur ce que les utilisateurs ont aimé dans le passé, ce qu’ils aiment, etc.

La pertinence d’un tweet est donc déterminée par plusieurs facteurs :

Récence :

Plus un tweet est récent plus il sera pertinent

Pertinence :

Les mots clés utilisés dans un tweet doivent être pertinents. L’algorithme calcule le nombre de fois où l’utilisateur interagit avec des tweets qui utilisent les mêmes # que vous

Niveau d’engagement :

Il est lié au nombre de retweets, clics, ajouts en favori et impressions + fréquence d’engagement des utilisateurs à l’auteur du tweet, via engagements et impressions

Richesse du média utilisé :

Le type de media que vous joignez à votre tweet comme les images, les vidéos ou les GIFs. L’algorithme analyse le type de média avec lequel l’utilisateur interagit le plus souvent pour lui montrer des tweets similaires

Activité :

Il s’agit de calculer à quel point un utilisateur est actif sur Twitter. Par exemple, de quand date sa dernière connexion à l’application ? Combien de followers a-t-il ? Quelle est sa fréquence d’utilisation de la plateforme ?

4. LinkedIn

Image par Gerd Altmann de Pixabay

L’algorithme LinkedIn utilise les signaux suivants pour filtrer et classer les posts à montrer dans le fil d’actualité des membres :

Les relations personnelles :

Vous pouvez suivre Cyril Lignac sur LinkedIn, mais il y a de fortes chances que vous ne le connaissiez pas personnellement. Le nouvel algorithme de LinkedIn vise à donner plus de poids aux relations personnelles.

Pour déterminer quels messages sont les plus personnellement liés aux membres, LinkedIn prend en compte les personnes avec lesquelles vous avez interagi directement, par le biais de commentaires, de partages et de réactions. Il tient compte des informations sur les profils, comme les intérêts et les compétences, et les personnes avec lesquelles les membres travaillent, entre autres.

Pertinence des intérêts :

Vous pouvez être personnellement lié à quelqu’un, mais cela ne signifie pas que vous profitez du même contenu. C’est pourquoi l’algorithme LinkedIn mesure l’affinité d’un message avec les intérêts d’une personne en fonction des groupes auxquels elle appartient, des hashtags, des personnes et des pages qu’elle suit.

L’algorithme examine également la langue de la publication, ainsi que les entreprises, les personnes et les sujets qui y sont mentionnés.

Probabilité d’engagement :

L’interaction est la clé du succès des performances de l’algorithme. L’algorithme LinkedIn classe cette composante en deux étapes.

Tout d’abord, l’algorithme évalue la probabilité que vous partagiez, commentiez ou réagissiez à un message. Il peut mesurer cette probabilité en fonction du contenu que vous avez aimé et partagé dans le passé, ainsi que des personnes avec lesquelles vous interagissez le plus fréquemment. LinkedIn appelle cela l’optimisation multi-objectifs.

Ensuite, comme le dit LinkedIn, « le modèle prend également en compte les réactions opportunes des créateurs de contenu ». En d’autres termes, après la publication du billet, plus vite il commence à ratisser les interactions, plus LinkedIn est susceptible de l’inclure dans les flux des autres utilisateurs.

Parvenez vous à y voir plus clair sur les algorithmes des réseaux ? Souhaite-vous aller plus loin dans l’étude de vos réseaux sociaux ? N’attendez plus et prenez contact avec nos équipes !

Scroll