Clear
Back to news

4 novembre 2015 By Team ADCOM

Publicité en ligne : quel est l’impact des adblockers ?

Le phénomène des adblockers a commencé à envahir la toile depuis quelques années et a gagné de plus en plus d’influence ces derniers mois. Encouragés par le grand public qui supporte peu les intrusions intempestives de la publicité en ligne, ils ont séduit près de 200 millions de personnes à ce jour. C’est 25% de la population internet mondiale.

Les adblockers, des « nettoyeurs » de publicité en ligne

A l’instar des solutions payantes, les adblockers sont gratuits et agissent comme une barrière filtrante de toute forme de communication digitale. Ils établissent des listes de formats de publicités sur internet et les stoppent avant leur affichage sur les écrans. Leurs créateurs s’affirment comme « libérateurs » auprès des utilisateurs qui optent en masse pour cette solution simple à installer et peu onéreuse.

L’écosystème du web quelque peu bouleversé

Les adblockers sont pointés du doigt par les médias online et éditeurs de site car ils les empêchent de générer du revenu publicitaire sur leurs plateformes. Selon une étude Pagefair et Adobe, 22 milliards de recettes publicitaires seraient absorbées par Adblock seul.

Une nouvelle a animé la toile au printemps dernier : les adblockers ont l’intention de demander aux éditeurs une part de leurs revenus publicitaires pour ne pas bloquer leurs annonces. Il se dit que les géants Google, Amazon et Microsoft auraient déjà signé des accords pour être « whitelister ». Mais qu’en est-il des petites plateformes qui vivent des bénéfices générés par le marketing digital ?

Une nouvelle économie, des paradoxes, mais une publicité en ligne qui progresse toujours

On assiste à un changement économique sur internet. Afin de contrer ces adblockers et continuer à générer des revenus, des mastodontes du web proposent des offres payantes pour ne plus diffuser d’annonces (ex : YouTube et son offre Red au Etats-Unis). Nous ne sommes pas vraiment sûrs que ces services aident à combler le déficit. Et les accords adblockers-éditeurs nourrissent un paradoxe : est-il éthique de s’affirmer comme protecteur des utilisateurs si c’est pour s’enrichir de part et d’autre, tout en continuant à leur proposer de la publicité en ligne ?

Malgré tout, les annonceurs continuent de voir leurs revenus publicitaires augmenter en 2015. Preuve que la publicité en ligne a encore de l’avenir.

Chez ADCOM, adblockers ou non, nous œuvrons à vous fournir les meilleurs retours sur vos investissements en plan média et campagne AdWords.

Scroll